mardi 19 janvier 2016

Mes coups de coeur 2015


Depuis le 28 mai 2003, je prends en note tous les livres que je lis (ainsi que les bandes dessinées, les films et les séries télévisées) et je leur accorde une note de 1 à 10. Habituellement, à la fin de l'année, je fais un retour sur mes coups de cœur des 12 derniers mois. Voici donc un retour sur mes meilleures lectures en 2015 avec quelques semaines de retard. Toutefois, ce délai est attribuable à des activités artistiques diverses (j'ai écrit un court métrage, Priez pour nous, qui a été présenté le 16 janvier, j'ai noué des contacts avec le milieu du conte à Québec et j'ai avancé dans deux projets de nouvelles et deux de romans). Enfin bref, voici les oeuvres qui m'ont charmé cette année sur les 87 livres que j'ai lus.



Bondrée d'Andrée A. Michaud est sans conteste mon coup de cœur de l'année. Cette histoire noire brille par la qualité de l'écriture et le rythme envoûtant de l'histoire. Un des meilleurs livres que j'ai lus point.



Hypérion et La chute d'Hypérion de Dan Simmons. C'est drôle, Simmons est un de mes auteurs préférés, mais j'ai surtout lu son fantastique jusqu'à maintenant. J'avais peur d'être déçu par Hypérion puisqu'on me l'avait tellement vanté. Eh bien, si j'ai pris un peu de temps à m'immerger dans ce monde, on peut dire que je n'en suis pas ressorti indemne. Le chapitre sur Saul et sa fille qui rajeunit chaque jour va me marquer à tout jamais.



Le mystère du lac de Robert McCammon est un livre qui touche avec finesse un de mes thèmes fétiches : la nostalgie de l'enfance et la perte de l'innocence qui va avec le passage à l'âge adulte. C'est ce que j'ai lu de mieux de cet auteur qui écrit surtout de l'horreur.



L'ultime frousse autour du monde de Bruno Blanchet. Bruno Blanchet nous amène avec humour et folie dans son parcours hors des sentiers battus. Un vrai page turner.



Terreur de Dan Simmons. Un excellent livre entre horreur et exploration (avec un bon fond historique). L'auteur nous amène habillement à partager la peur des personnages en dépeignant avec soin un environnement hostile qui est tout aussi mortel que le monstre qui rôde.



L'empire bleu sang de Vic Verdier. Un ovni dans notre milieu littéraire que cette uchronie québécoise racontée avec beaucoup d'humour et un certain sens de la démesure (qui demeure presque toujours contrôlé bien que j'estime qu'il y a un chapitre inutile, ce qui n'est pas suffisant pour bouder son plaisir).



Fantômes de Joe Hill. Joe Hill est un de mes auteurs préférés et dans ce recueil il démontre toute l'étendue de son talent. La novella finale à elle seule vaut la lecture de ce recueil qui contient plusieurs joyaux.



La déesse des mouches à feu de Geneviève Pettersen. On suit la descente aux enfers d'une adolescente, Catherine. Une écriture sans compromis, des dialogues réalistes, un récit très dur.



L'ensorceleuse de Pointe-Lévy de Sébastien Chartrand. Il s'agit d'une quête de fantasy somme toute classique. L'originalité de ce livre est de ramener tout cela au Québec en utilisant les figures de notre folklore. L'auteur parvient avec efficacité à faire lever la sauce.



L'homme qui détestait le golf de Sylvain Meunier. Un petit roman policier sans prétention écrit avec verve et beaucoup d'humour qui se lit d'une traite.



Il ne faut pas parler dans l'ascenseur de Martin Michaud. Malgré une intrigue secondaire un peu inutile qui verse dans le fantastique, ce premier roman de Michaud démontrait déjà que son auteur ferait sa place dans le domaine du polar.



Au bonheur des ogres de Daniel Pennac. Pennac, c'est de la folie à l'état pur. Il y a de nombreuses trouvailles savoureuses dans ce roman qui fait oublier une intrigue policière plutôt lâche.



Les forces du désordre de Camille Bouchard. Une novella dure de la part d'un auteur qui nous a habitués à des histoires noires à souhait. On suit une jeune Québécoise qui vivra l'enfer au Mexique après avoir été recrutée pour jouer les mules pour des passeurs de drogue.



Meurtre à la librairie. Collectif inégal, mais qui donne un excellent panorama des auteurs de littérature policière au Québec et qui comprends plusieurs excellents textes.



Trois carrés rouges sur fond noir de Tony Benacquista. L'auteur a un style savoureux et enchaîne les dialogues percutants dans ce roman bien noir servi avec une dose d'humour.



Anges déchus de Richard Morgan. Bien que ce roman ne m'est pas autant marqué que la précédente aventure de Takeshi Kovacs, on retrouve avec plaisir ce personnage. On est encore dans un futur sombre, mais ce roman n'a pas le côté enquête policière dans un monde cyberpunk (ou du moins pas de façon aussi présente) que Carbone modifié, un de mes livres cultes.



À l'aube des lendemains précaires de Neil Bissondath. Un recueil de nouvelles qui contient de belles perles sur la difficulté d'adaptation et sur le fait d'être un étranger.



Cachemire de Mario Bolduc. Malgré quelques petites maladresses ici et là, Mario Bolduc offre un roman d'espionnage enlevant qui donne envie de lire les suites. Ce roman ferait un excellent film d'action avec un personnage qui n'a rien à envier aux James Bond de ce monde.



Doctor Sleep de Stephen King. Je suis ambivalent à propos de cette suite de Shinning. Certains moments m'ont fait râler, pourtant à d'autres moments le don de conteur de King s'est exprimé à son meilleur. Ce qui fait qu'au final, c'est une lecture que j'ai appréciée.



9 ans, pas peur d'André Marois. Petite novella faussement naïve qui met en vedette le fils d'un criminel avec finesse. Une très belle réussite.



Tout ce qui meurt et Laissez toute espérance de John Connolly. Deux romans policiers très noirs sur les traces de l'ancien policier Charlie Bird Parker. Bien qu'inégaux par moment, ces deux livres m'ont laissé une impression durable. La preuve, deux autres aventure de Bird sont dans ma liste de livre à lire.



Quand la dernière chandelle s'éteindra de Frédérick Durand. Un court roman qui montre ce que l'auteur peut faire de mieux. Il excelle à créer des ambiances malsaines et parvient à aller au bout de ses prémisses souvent particulières. L'auteur excelle aussi (surtout) dans la forme courte comme le démontrent les trois nouvelles qui suivent le programme principal.



Accès interdit de David Morrell. Le père de Rambo offre une visite qui ne sera pas de tout repos dans l'univers des explorateurs urbains. Le plus gros problème de ce livre c'est qu'on ne peut s'empêcher d'imaginer le livre d'horreur qui aurait pu être écrit à partir des mêmes prémisses. Par contre, le livre actuel vaut aussi le détour. Véritable page turner, il nous happe jusqu'à la fin grâce au sens du rythme de l'auteur et aux multiples rebondissements du récit.



Rupture de contrat d'Harlan Coben : Premier livre de la série mettant en vedette Myron Bolitar. Que dire : certains personnages manquent de profondeur, les coins sont tournés ronds par moment, pourtant le rythme du récit est si prenant qu'on ne peut le déposer et les répliques sont si savoureuses qu'au final j'ai surtout retiré du plaisir de cette lecture malgré les faiblesses du récit.



Comme vous pouvez le constater, ce fut une bonne année de lecture avec une vingtaine de titres allant de très bons à excellents. Sans compter qu'il y a une vingtaine d'autres livres qui ont raté la coupure de peu (des oeuvres qui ont obtenu entre 7 et 8- sur mon échelle hautement suggestive, alors que j'ai conservé dans cette liste seulement les livres qui ont eu 8 et plus).


3 commentaires:

Gen a dit...

Ça devrait être interdit de faire des billets pareils!!! ma liste de "livre à acheter" vient encore d'engraisser! ;p

Farce à part : je comprends totalement ton amour pour "Hypérion" et sa suite de Simmons.

Moins pour Connoly par contre. J'ai vraiment de la misère avec les romans de la série Parker. Dans les derniers, le fantastique dénoue les intrigues et ça me gosse!!! (Mais, remarque, à chaque fois j'aime assez le début du roman pour me laisser avoir et lire le suivant...)

Pierre-Luc Lafrance a dit...

Pour le moment, le fantastique n'a pas encore de prise dans les romans de Parker que j'ai lus... je verrai donc plus tard.

richard tremblay a dit...

Excellent exercice. Passionnant.

En même temps que je note un paquet de noms, dont relire Hypérion dans l'ordre : Andrée Michaud, Pettersen, Verdier, Benacquista ; je vois aussi qu'on partage une opinion similaire sur Meutres à la librairie, Meunier, Pennac, Bolduc...

Mais pas sur le Chartrand qui m'a déplu et que je n'ai pas terminé. C'est la vie.