mercredi 1 mai 2013

Le retour de L'Arracheur de rêves


Je suis de retour. Si je n’ai pas écrit depuis une éternité, ce n’est pas tant que je n’avais rien à dire (ou contraire), mais j’ai pris tellement de retard que je ne savais plus par où commencer.
Pour ce qui est de l'écriture, c’est assez tranquille. J’ai quelques projets, mais je me réserve cela pour mes vacances d’été. Sinon, y’a deux projets de rééditions pour L’Arracheur de rêves (une en français au Québec en version augmentée avec une novella inédite et une en Espagne). D’ici là, avec trois enfants, un nouvel emploi qui m’amène à faire plus d’une heure de route matin et soir et un déménagement sous peu (pour diminuer la route… entre autres), disons que j’ai en masse de choses pour m’occuper. Petite note au passage, je m’apprête à revenir vivre chez maman… ou plutôt à racheter la maison familiale. Ça va faire bizarre de revenir à Sainte-Foy dans le quartier où j’ai grandi. Je serai même presque voisin de Dominic Bellavance.

Sur le plan personnel, j’ai commencé à m’entrainer pour courir un demi-marathon cet été (le 25 août pour le Marathon des 2 rives). Puisque je fais attention à mon alimentation en même temps (sans faire de régime, juste en mangeant sainement et en contrôlant mes calories), j’ai déjà perdu 35 livres par rapport à la même période l’an dernier (faut dire que comme j’étais plongé dans la vente de mon entreprise, je mangeais du fast food régulièrement, prenait à peine 15 minutes pour dîner les jours de semaines et faisait presque plus de sport). Déjà, je commence à avoir des temps intéressants au 5 km (autour de 22 minutes) et au 10 km (entre 45 et 46,5 minutes). Je joue au frisbee ultimate et au soccer une fois semaine, je fais une petite course de 5 km une autre fois et je fais une course de fond un jour semaine (j’augmente d’un km par semaine depuis la fin mars pour atteindre le 20 km en douceur pour le demi-marathon). Je fais aussi du vélo une ou deux journées par semaine. J’ai trouvé mon meilleur ami : ma montre GPS Garmin qui me permet d’obtenir mes différents résultats. Cela me donne une source de motivation et m’amène à vouloir sans cesse me développer. J’ai aussi investi dans une bonne paire de souliers de course et je peux vous assurer qu’il y a une différence.

Côté lecture, j’ai lu et je compte lire pas mal de choses cette année, mais je me suis surtout lancé dans un projet un peu fou : lire les incontournables de Batman (ère moderne ou Dark Age, soit grosso modo tout ce qui a suivi le Dark Knight Return de Frank Miller jusqu’à la refonte des New 52 il y a deux ans) en ordre chronologique avant de poursuivre avec les nouvelles aventures (New 52). J’ai toujours adoré ce héros (même dans la version hyper kitsh des années 60), mais j’avais somme toute lu peu de chose. En commençant mes recherches, je me suis rendu compte que presque tous mes scénaristes de bande dessinée préférés avaient travaillé sur le Chevalier Noir : Frank Miller (Sin City, sans doute ma série préférée après Sandman, et toute son œuvre – ou presque), Allan Moore (Watchman et toute son oeuvre), Neil Gaiman (Sandman, ma série préférée… mais surtout l’ensemble de ses excellents romans), Ed Brubaker (Criminals, mais je conseille toute son œuvre que je me suis tapée depuis cet automne après avoir découvert cet auteur… merci à Geneviève Blouin), Bryan Talbot (Grandville, un gros gros coup de cœur, merci à Philippe-Aubert Côté de me l’avoir fait découvrir), Mike Mignola (Hellboy, le superhéros le plus cool), Bill Willingham (Fables, mon autre gros gros coup de coeur) Steve Niles (30 Days of Night, même si je trouve l’ensemble surestimé), etc. Même le cinéaste Kevin Smith (Clerks, Chasing Amy, etc.) a commis certains scénarios. Il ne manque de J. M. Straczynski (Rising Stars, qui dans son premier deux tiers est pour moi le summum du comic de super héros avant de s’éteindre vers la fin) et Robert Kirkman (Walking Dead, bien que mon intérêt diminue avec le temps) pour compléter le portrait. 

Mieux encore, Batman rejoint même ma passion pour Lovecraft à travers la série en trois volumes The Doom That Came To Gotham, un univers alternatif Elseworlds créé par Mike Mignola.

Ce que j’aime de Batman : le fait que ce ne soit pas un super héros (ce qui explique sans doute pourquoi je suis incapable d’embarquer dans Super Man qui me semble trop… lisse ?), le ton très noir et le fait que la plupart des histoires soit policières. Et, comme je le mentionnais, la qualité des auteurs. Avant de me lancer dans cette aventure, je n’avais lu que deux romans graphiques et un arc dramatique : The Killing Joke d’Alan Moore, The Dark Knight Return de Frank Miller et What Happens to the Caped Crusader de Neil Gaiman. Trois classiques. Quoique si je n’avais qu’un seul titre à conseiller, ce serait celui de Moore qui se suffit parfaitement à lui-même. Un titre qui montre clairement qu’on ne parle pas de bande dessinée pour enfant. Mais j’aurai l’occasion d’en reparler.

Je vous ferai un suivi au fur et à mesure que je lirai les différentes histoires, histoire de souligner les faits saillants de la mythologie Batman.

2 commentaires:

Gen a dit...

Héhéhé! :) Contente d'avoir converti quelqu'un à Brubaker. C'est mon pusher de BD qui sera content de l'apprendre! ;) (

Pierre-Luc Lafrance a dit...

Je suis vraiment accro. Je viens de terminer Scene of Crime, j'ai aussi lu tout Criminals, tout Sleepers, tout Incognito et ce qui est paru en trade paperback de Fatale (que j'ai un peu moins aimé) et là, je vais lire ce qu'il a fait sur Batman et Gotham Central.